Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
ADAD HANNAH. RECAST AND RESHOOT
Adad Hannah, Repairing the body, 2002. Vidéo numérique. 12 min. 47 sec. Image provenant d’un vidéo numérique.
Avec l’aimable concours de Pierre-François Ouellette Art Contemporain.
Adad Hannah, Security Passing, 2004. Vidéo numérique. 2 min. 11 sec. Image provenant d’un vidéo numérique.
Avec l’aimable concours de Pierre-François Ouellette Art Contemporain.
Adad Hannah, Untitled (Age of Bronze), 2004. Vidéo numérique. 3 min. 35 sec. Image provenant d’un vidéo numérique.
Avec l’aimable concours de Pierre-François Ouellette Art Contemporain
Adad Hannah, Break (with Iris), 2004. Vidéo numérique. 1 min. 28 sec. Image provenant d’un vidéo numérique.
Avec l’aimable concours de Pierre-François Ouellette Art Contemporain.
Adad Hannah, Burghers of Seoul, 2006. Vidéo numérique (projection double sur les deux faces d’un écran) de la série Recast and Reshoot. 9 min. 14 s. Image provenant d’un vidéo numérique.
Avec l’aimable concours de Pierre-François Ouellette Art Contemporain.
Adad Hannah, Restoration, 2002. Vidéo numérique. 12 min. 44 sec. Image provenant d’un vidéo numérique.
Avec l’aimable concours de Pierre-François Ouellette Art Contemporain.

Partant de la plus récente production d’Adad Hannah, Burghers of Seoul, cette exposition rassemble des œuvres de l’artiste qui ont pour point de départ des modèles ou des conventions narratives appartenant à l’histoire de l’art. L’idée de rejouer et de reconsidérer des conventions pour les remettre en scène s’amorce avec la série des Museum Stills. Filmées dans différents musées, ces vidéos forment une série de « tableaux vivants », dans lesquels des « acteurs » immobiles recontextualisent des scènes picturales et des comportements induits par des conventions de l’image ou le contexte muséal. Cette recherche se poursuit dans Burghers of Seoul, qui propose une reconstitution vidéographique des Bourgeois de Calais (1884-1895) d’Auguste Rodin. Contrairement à la série des Museum Stills, où la caméra reste fixe en même temps que les personnages tiennent la pose, Adad Hannah filme ici des corps immobiles en ayant recours à l’image en mouvement. Dans un seul travelling continu, la caméra fait le tour de la sculpture de Rodin captant dans son mouvement les six corps d’homme sculptés dans la pierre. La célèbre sculpture se trouve ensuite remise en scène dans une série de redistribution des rôles et de scéances de tournage, comme l’indique le titre de l’œuvre, dont une première reconstitution a été interprétée par des messagers en moto à Séoul en Korée. Adad Hannah filme ainsi quelque chose d’immobile pour qu’on puisse le percevoir en fonction d’un mouvement. La sculpture de Rodin devient donc le point de départ d’une exploration narrative et temporelle qui en étend les possibilités d’interprétation. Cette reconstitution des Bourgeois de Calais de Rodin réactualise le mythe moderniste de la séparation des arts du temps et de l’espace et réintroduit le problème de la narration tel que posé à la modernité.

– Marie Fraser

EXPLOREZ

  • Les façons dont le travail de cet artiste nous amène à réfléchir à des questions sur le temps.
  • L’utilisation que fait l’artiste de la citation et de l’appropriation de façon à produire des significations nouvelles et différentes. Réfléchissez à la juxtaposition sur vidéo de « tableaux vivants » et d’oeuvres d’art exposées dans un musée ou une galerie.
  • Remarquez l’interdépendance et l’impact de la performance, du jeu, de la mise en scène et de la reconstitution dans l’oeuvre de Hannah et étudiez les façons dont ceux-ci influent sur notre lecture des images qu’il nous présente et la mettent en valeur.
Lire la suite

QUELQUES QUESTIONS

  • Comment, de quelles façons les projections vidéo de Hannah nous amènent-elles à faire des associations entre diverses techniques temporelles comme la photographie, le cinéma et la vidéo ? Quel est le rôle de la caméra dans ces oeuvres ?
  • Comment et de quelles façons, la présentation d’êtres humains mis en scène nous encourage-t-elle à remettre en question notre rapport au corps humain, à notre propre corps et à notre environnement immédiat ?
  • La vidéo projetée est remplie d’information déchiffrable et identifiable. Comment Hannah construit-il le récit dans son oeuvre ?
Fermer

Commissaire : Marie Fraser, commissaire invitée du Mois de la Photo à Montréal

Exposition produite par la Galerie Leonard & Bina Ellen dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal avec l’appui du Conseil des Arts du Canada et le Centre Interuniversitaire des Arts Médiatiques (CIAM).

L'artiste

Adad Hannah

Adad Hannah est né à New York en 1971, il a obtenu un baccalauréat en beaux-arts à l’Emily Carr Institute of Art and Design, à Vancouver; il habite actuellement Montréal et est titulaire d’une maîtrise en beaux-arts depuis 2004.

Depuis le début des années 2000, Adad Hannah poursuit sa série des Stills, des projections vidéo muettes dans lesquelles se côtoient univers photographique et filmique. Dans des mises en scène statiques rappelant les tableaux vivants du dix-neuvième siècle, des acteurs tiennent une pose comme s’ils étaient photographiés sur le vif. Seule l’oscillation de leurs corps et le battement de leurs paupières révèlent au spectateur qu’il s’agit d’œuvres vidéo. La démarche de l’artiste soulève ainsi une réflexion sur le médium vidéographique et sur ce qui le distingue de la photographie, à savoir le mouvement et la durée. Cette tension entre immobilité et mouvement confère aux images une étrange atmosphère narrative où la suspension de l’action incite à l’anticipation. Les mouvements furtifs des acteurs intensifient l’attention du spectateur, l’amenant lui aussi dans un état de concentration où il scrute les images à l’affût des moindres variations. Adad Hannah a regroupé ses œuvres sous différents thèmes, dont Museum Stills, Familly Stills, Architectural Stills et Text Experiments. Avec Cuba Still (Remake) (2005), il aborde la citation en réinterprétant la photographie publicitaire d’un film inconnu. L’installation comporte plusieurs vidéos projetées sur un même écran, rassemblant ainsi les personnages filmés séparément pour reconstituer la composition originale. Son plus récent projet, Recast and Reshoot (2007), réactualise Les Bourgeois de Calais (1884-1886) d’Auguste Rodin. Adad Hannah réalise des Stills avec plusieurs distributions d’acteurs qui incarnent les bourgeois s’étant sacrifiés pour leur ville. Choisissant ses modèles dans les villes qui possèdent la sculpture, il explore la notion de citoyenneté selon divers milieux culturels.

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Adad Hannah, site visité le 22 août 2007, http://adadhannah.com/site/info.html

Fisher, Jennifer et Drobnick, Jim, « Museum Vivant », Adad Hannah.com. (2004), site visité le 22 août 2007, http://adadhannah.com/site/info.html

Pauli, Lori, La Photographie mise en scène : Créer l’illusion du reel, Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 2006.

Reinke, Steve. « Adad Hannah: Folk & Still », Gallery TPW Online Essays, (2004), site visité le 22 août 2007, http://gallerytpw.ca/publications/essays/0403-ReinkeS.html

Tamir, Chen. « Adad Hannah: Posing the Question of All Time», Adad Hannah.com. (2004), site visité le 22 août 2007, http://adadhannah.com/site/info.html

Fermer

LES ŒUVRES

Burghers of Seoul, 2006

9 min 14 s
vidéo numérique (projection double sur les deux faces d’un écran) de la série Recast and Reshoot

Burghers of Seoul, produit en 2006, est à la fois une poursuite de mon travail précédent et une rupture d’avec celui-ci. Si les modèles sont immobiles – ou des moulages de bronze dans le cas de la sculpture –, la caméra se déplace. C’est la première fois en cinq ans que j’utilise une caméra qui bouge. Dans le cas des Burghers of Seoul, j’ai entouré la sculpture des Bourgeois de Calais, de Rodin, d’une piste circulaire, sur laquelle j’ai fait lentement rouler une caméra posée sur un chariot. J’ai ensuite répété ce processus en faisant appel à un groupe de messagers sud-coréens en moto qui prenaient la pose des personnages de la sculpture. Ce projet fait partie d’une recherche en cours sur le rôle de cette sculpture dans chacune des douze villes qui en possèdent un exemplaire. Séoul accueille le dernier (12/12), qui a été acquis par Samsung dans les années 1990. Il est présenté dans la Rodin Gallery, un bâtiment conçu pour abriter les bronzes des Bourgeois de Calais et de la Porte de l’Enfer de l’artiste. J’ai choisi les messsagers en fonction de leur ressemblance physique avec les bourgeois de bronze, mais aussi parce que, circulant en moto dans l’une des plus grandes villes du monde, ils peuvent être considérés comme des héros méconnus, qui sacrifient leur santé contre un faible salaire pour continuer à faire fonctionner la ville. (Adad Hannah)

Fermer
Age of Bronze, 2004

vidéo numérique (projection de trois vidéos successives), de la série Museum Stills:

Break (with Iris), 1 min 28 s
Untitled (Age of Bronze )
, 3 min 35 s
Security Passing
, 2 min 11 s

Age of Bronze est une série de trois vidéos faisant partie de la série Stills (une série que je qualifie de tableaux vivants vidéo enregistrés en temps réel). Elle est composée de Break (with Iris), Untitled (Age of Bronze) et Security Passing. Ces oeuvres ont été réalisées en 2004 au Musée des beaux-arts du Canada. Pour cette série, mes modèles sont des personnes qui travaillaient au Musée, en l’occurence un agent de sécurité et Diana Nemiroff, alors conservatrice de l’art moderne. Les vidéos étant conçues comme une suite chronologique, elles présentent une impression de récit qu’elles n’auraient pas si elles étaient vues séparément. J’avais, dans cette série, un double objectif : je voulais montrer clairement une femme posant un oeil quelque peu hautain sur un homme nu (un renversement évident du regard masculin typique de l’histoire de l’art), et je désirais présenter un examen des hiérarchies subtiles à l’oeuvre dans les institutions artistiques. (Adad Hannah)

Fermer
Restoration et Repairing the Body, 2002

Repairing the Body, 2002, 12 min 47 s
vidéo numérique, de la série Museum Stills

Restoration, 2002, 12 min 44 s
vidéo numérique, de la série Museum Stills

Restoration et Repairing the Body ont été produits dans les laboratoires de restauration du Musée des beaux-arts de Montréal en 2002. Les deux oeuvres, qui font aussi partie de la série Stills, ont été tournées simultanément depuis des angles différents. Depuis cinq ans, j’utilise deux caméras sur presque tous mes tournages pour obtenir deux angles à la fois. La plupart du temps, l’un des angles est celui que j’avais prévu, et le deuxième est une expérience que je décide de faire au moment du tournage. Habituellement je n’en choisis qu’un des deux pour l’exposition, mais cette fois-ci les deux semblaient se compléter, en révélant différentes parties d’une même scène. La femme couchée sur la table travaille dans les laboratoires de restauration. Quand je suis arrivé dans les laboratoires pour tourner, elle nettoyait et repeignait méticuleusement des parties endommagées d’un petit tableau. Bien que souvent ce soit moi qui détermine le costume des modèles qui figurent dans mes vidéos, j’ai voulu me servir des curieuses bottes du XIXe siècle qu’elle portait. La petite clé que l’on peut voir sur un cube de mousse est l’outil qui sert à faire entrer les nombreux boutons dans les boutonnières pour attacher et détacher les bottes. Les oeuvres dont il est question ici, qui font plus de douze minutes chacune, sont parmi les plus longues de mes vidéos Stills. La raison principale est d’ordre logistique. Je me suis rapidement rendu compte que, si les modèles posaient pendant moins de dix minutes, je pouvais habituellement leur demander de poser une deuxième fois; si, par ailleurs, la pose durait plus longtemps, ils étaient trop fatigués pour tenir la pose de nouveau. C’est la première fois que Restoration et Repairing the Body sont exposés. (Adad Hannah)

Fermer

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Bibliographie

Fisher, Jennifer et Drobnick, Jim. « Counterposes: la pose des commissaries », Counterposes: reconcevoir le tableau vivant, Montréal, Oboro, 2002, p. 6-13.

Mayer, Marc, « The Emergence of Video Projection », Being & Time: The Emergence of Video Projection, Buffalo,Buffalo Fine Arts Academy, 1996, p. 28-33.

Raney, Karen, Art in Question, Londres, Continuum, 2003. p.1-38.

Reinke, Steve, « Adad Hannah: Cuba Still (Remake) », Image et Imagination, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2005, p. 223-26.

Rush, Michael, L’Art video, Londres, Thames & Hudson, 2007.

Fermer