Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
Blues Klair. Vincent Meessen
Table des matières,Vincent Meessen. Blues Klair
Ultramarine, 2018, vue de l’installation, Montréal
Ultramarine, 2018, Kain the Poet
Ultramarine, 2018, Lander Gyselinck
Harmony Holiday, “Let the Blue Name the Blues”
Discordia, 2018
Index, 2018 - Rosie Douglas et Walter Rodney, vers 1968, Montréal
Eric Fillion, « Patrick Straram Blues Clair X Blues Clair »

Février 2021

Sous la direction de Vincent Meessen et Michèle Thériault

Éditeur : Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia / Concordia University en partenariat avec The Power Plant Contemporary Art Gallery

Textes : Corinne Diserens, Eric Fillion, Harmony Holiday, Kain The Poet, Vincent Meessen, Matthew Quest et Michèle Thériault

Design : Speculoos, Bruxelles

18 x 24 cm, reliure main libre, 312 p. ill., anglais, français
ISBN – 978-2-924316-19-1 /

Prix : 40.00 $

Cette publication accompagne le projet d’exposition VINCENT MEESSEN. BLUES KLAIR

Immersion poétique, plastique, rythmique, et discursive dans la couleur de l’histoire, l’exposition Blues Klair et cet ouvrage tentent quelques pistes d’élucidation des pulsions de conquête, de classification et d’embaumement propres à la modernité coloniale occidentale. De nombreuses illustrations et des textes de Corinne Diserens, Eric Fillion, Harmony Holiday, Kain The Poet, Vincent Meessen, Matthew Quest et Michèle Thériault revisitent les composantes de l’exposition articulée autour de trois parcours d’exils : celui de Gylan Kain, poète afro-américain précurseur du rap à la fin des années 60, du critique et écrivain européen Patrick Straram, exilé à Montréal à la fin des années 50 et des étudiants caribéens dans l’emprise du soulèvement de contestation raciale à la fin des années 60 à l’université Sir George William à Montréal. Des voix, des sons, des formes réclament le blues de l’exil, poétique et politique dédiées aux harmoniques de l’écart.