Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
ACTES DE SOUVERAINETÉ II
Actes de souveraineté II. Vue de l'exposition. Oeuvres de James Luna, Shelley Niro et Dayna Danger. Photo : Paul Litherland
Shelley Niro, Abnormally Aboriginal, 2013. Photographie couleur sur toile, triptyque. Avec l’aimable concours de l’artiste
Actes de souveraineté II. Vue de l'exposition. Oeuvres de Thomas Edison et Rebecca Belmore. Photo : Paul Litherland
Adrian Stimson, Onward Upward, 2005. Épreuve numérique à jet d'encre. Avec l’aimable concours de l’artiste
Lori Blondeau, Asiniy Iskwew, 2016. Épreuve numérique à jet d’encre. Avec l’aimable concours de l’artiste

21 janvier au 1er avril 2017

Commissaire : Wanda Nanibush

Rebecca Belmore, Lori Blondeau, Dayna Danger, Robert Houle, James Luna, Shelley Niro, Adrian Stimson, Jeff Thomas

Samedi 21 janvier
Visite avec la commissaire de 13 h 30 à 14 h
Vernissage de 14 h à 16 h

Événements
Pistes de réflexion

Plan de l’exposition

Iorihowá:nen tsi nonkwá:ti ne Onkwehón:we raoná:wen art aorihwà:ke ne kí:ken tsi niiawénhseron Onkwehón:we wa’thontierónnion raotihén:ton ne ákte’ nithonenónhseron tánon ratihnakèn:ra, sénha ki’ tsi nonkwá:ti ne tehontierónnions art aorihwà:ke. Kwah wa’thon’nikonhrhá:ren tsi ronnéhrhahkwe ahonterihwahtentià:thake’ tsi nihotirihò:ten’s tánon entà:’on ratihnakèn:ra raotihén:ton tsi tkahswen’karáhere wa’thontierónnion ne aontahoti’nikonhraié:rite’ tsi ní:tsi teionkhikà:nere. Tsi nonkwá:ti ne Sovereign Acts II, raoná:wen arts wáhontste’ tsi wahatirihwáia’ke tsi niionkhiierà:se ne ratihnarà:ken tánon ónhka ohén:ton tehshakotitáhston. Ítso raotiio’ténhsera tsi nonkwá:ti ne tóhka na’tekaià:sere tsi niiawénhseron ne ‘Teiontierónnions Onkwehón:we’ aorihwà:ke ne ki’ aonsakakwatá:ko tsi niká:ien a’é:ren iontatia’tenhawíhton tánon iontkahthóhtha iontatón:ni teiontierónnions ne ki’ naón:ton kahsótshera, artist, tánon onkwehón:we aonsaión:ton. Nè:’e ò:ni’ kén:ton tsi ká:ien ótia’ke nonkwehón:we tsi nihotirihò:ten’s onwa’kéha art iewéhtha sok iowénhte tsi niiawénhseron enwá:ton.

Iah nek té: tsi nonkwá:ti ne ratihnakèn:ra tsi nihotikarò:ten’s tethonte’nienstenhstáhkhwa tsi rontate’néhstha ne roná:wen arts tsi niká:ien Sovereign Acts II tehontierónnions nek tsi nè:’e ò:ni’ tsi nonkwá:ti tsi nihotirihò:ten’s ne ronónha tsi nithoné:nen tánon raononkwe’ta’shòn:’a. Tsi nikarihò:ten’s tánon tsi nikaianerensherò:ten’s karihwáia’ks ne tewatierónnion tánon ò:ni’ awehiahráhtshera tánon kanonhweratónhtshera tewatkà:was. Nè:’e tewatkà:was tsi nahò:ten ska’nikonhrhèn:’en tánon wátstha kanonwí:io’s tsi enkarihwáia’ke tsi ní:ioht tsi ratihnakén:ra enhatikaratónnion ne ionkwe’taié:nen, teiaonkwe’tanòn:iani, kaia’tóntion tánon watia’tahtòn:’on. Sovereign Act í:ken norihwiio’ón:we.

Wanda Nanibush, ionterihwatsterístha

L’histoire de peuples autochtones performant devant des publics internationaux et coloniaux constitue une partie importante de l’art autochtone en général, et de l’art de la performance en particulier. Les interprètes autochtones se trouvaient dans une position ambivalente : préserver leurs pratiques culturelles en les performant sur scène, mais satisfaire, ce faisant, les désirs de l’imaginaire colonial. Dans Actes de souveraineté II, les artistes affrontent l’héritage laissé par les actions et représentations coloniales. Revenant sur l’histoire sédimentée de la mise en scène de de l’« Indien », leur travail récupère le performeur objectivé et effacé comme un ancêtre, un artiste et un sujet autochtone. Ainsi, ces artistes démontrent par ailleurs qu’il y a des traditions de performance autochtones qui alimentent l’art contemporain et qui forgent une histoire alternative de l’art.

Les artistes dans Actes de souveraineté II ne se définissent pas simplement à partir de l’intérieur/extérieur des histoires coloniales, mais également de l’intérieur de traditions en perpétuel changement, des traditions familiales, de foyer, de peuple ou de territoire. La performance est un acte de résistance culturelle et politique ; elle est un acte de remémoration et de commémoration. Elle offre des aperçus d’un passé oublié et emploie la fiction créative comme une force pour contrer les récits coloniaux de capture, de sauvagerie, de perte et de disparition. Un Acte véritablement souverain.

Wanda Nanibush, commissaire

Cette présentation est une version augmentée de l’exposition produite et présentée en 2012 à la Galerie Justina M. Barnicke, Université de Toronto.

Anishinaabe konnón:kwe tsi niiotirihò:tens iehá:wi tánon owén:na ionterí:ios ne Wanda Nanibush Beausoleil First Nation nitiakawé:non. Canadian and Indigenous art Art Gallery of Ontario nonkwá:ti tekénihaton ohén:ton í:iente iakoteríhonte ne kwah ó:nenk. Masters iehá:wi ne Visual Studies aorihwà:ke University of Toronto nitiakóha. Graduate courses ronwatirihonnién:ni tsi nonkwá:ti ne tsi niiawénsheron, tsi nikaianerensherò:tens tánonn art University of Toronto nón:we. Tkarón:to nón:we tienákere ne Nanibush.

Wanda Nanibush est une « guerrière des mots et des images » Anishinaabe-kwe de la Première Nation Beausoleil. Elle est actuellement conservatrice adjointe de l’art canadien et indigène au Musée des beaux-arts de l’Ontario. Elle détient une maîtrise en études visuelles de l’Université de Toronto. Elle enseigne l’histoire, la politique et l’art aux cycles supérieurs à l’Université de Toronto. Nanibush réside à Toronto.