Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
ADVENTURES CAN BE FOUND ANYWHERE, MÊME DANS LA MÉLANCOLIE
Photo : Christian Bujold
Photo : Christian Bujold
Photo : Christian Bujold
Photo : Christian Bujold

23 octobre au 1er novembre 2014

Sur une invitation de Michèle Thériault

Création et performance de Claudia Fancello, Marie Claire Forté, Nadège Grebmeier Forget, Adam Kinner, Ashlea Watkin et Jacob Wren

Une coproduction de la Galerie Leonard & Bina Ellen et de PME-ART

Présentée en association avec l’Usine C et le Festival actOral (Marseille/Montréal)

Vernissage
23 octobre à 17 h
Événement de clôture
1er novembre à 15 h

Événement
Pistes de réflexion

Installés autour d’une grande table, des performeurs se consacrent à un travail continu de réécriture du Livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa. L’objectif est de produire une nouvelle version du livre à plusieurs mains, de se l’approprier, de l’adapter à notre monde actuel, de se pencher sur la profonde mélancolie de Pessoa et de la transformer en quelque chose d’apparemment un peu plus heureux ou au moins de conférer au texte une certaine intensité du temps présent.

Fernando Pessoa a écrit en empruntant une série d’hétéronymes, c’est-à-dire différentes identités, chacune bénéficiant d’une histoire personnelle distincte et d’un style littéraire particulier. Il a écrit en portugais, en anglais et, dans une moindre mesure, en français. Le Livre de l’intranquillité est une publication posthume, constituée à partir d’inédits que Pessoa a laissés derrière lui. Un débat incessant se poursuit encore sur la manière d’organiser ce matériel et sur l’établissement d’une éventuelle version finale du livre.

Adventures can be found anywhere, même dans la mélancolie est une façon de tirer de ce livre hautement controversé un livre différent et d’observer jusqu’où cela ira. Il s’agit d’une reconnaissance des possibilités créatrices de la lecture comme réécriture, d’une mise en lumière du fait que nous avons notre propre version des livres que nous lisons et que nous les entremêlons avec nos vies et le monde qui nous entoure. En prenant cette analogie au pied de la lettre, en transformant par la performance cette métaphore en représentation, nous espérons créer un espace d’échanges constants entre coïncidence, intuition et nuance.

Cette installation-performance occupe l’ensemble des cinq salles de la Galerie Leonard & Bina Ellen.