Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 

IGNITION est une exposition annuelle mettant en valeur le travail d’étudiants terminant leur maîtrise en Studio Arts et au doctorat en Humanities à l’Université Concordia. Cette manifestation est une occasion pour une génération d’artistes en devenir de présenter des oeuvres ambitieuses et interdisciplinaires dans le contexte professionnel d’une galerie au profil national et international. Ces étudiants travaillent en collaboration avec l’équipe de la Galerie afin de produire une exposition qui rassemble des oeuvres qui ont une dimension critique, innovatrice et expérimentale menant à une réflexion sur les médias et les pratiques artistiques. IGNITION est d’intérêt pour tous les étudiants et leurs enseignants, la communauté artistique et le grand public.

IGNITION 11
Adam Kinner, Suite canadienne, 2015. Photo de Emily Gan. Avec le concours de l'artiste.
Shirin Fahimi, Diagram-Moulding of the Subject, 2015, dessin sur iPad. Avec le concours de l'artiste.
Lise Latreille, Jamie, 2014. Épreuve à développement chromogène. Avec le concours de l'artiste.
AN Soubiran, Self Portrait, 2014, photo. Avec le concours de l'artiste.
Geneviève Moisan, À la Pointe, 2014. Tissage Jacquard. Avec le concours de l'artiste.
Matthew Ng, Rach (détail), 2014, huile sur toile. Avec le concours de l'artiste.
Maryse Goudreau, Conversations, 2012, photomontage. Avec le concours de l'artiste.

7 mai au 6 juin 2015

Projets sélectionnés par Sarah Watson, directrice d’Artexte et Michèle Thériault, directrice de la Galerie

Shirin Fahimi, Maryse Goudreau, Adam Kinner, Lise Latreille, Geneviève Moisan, Matthew Ng, AN Soubiran

Vernissage
Mercredi 6 mai, 17 h 30 – 19 h 30

Activité
Pistes de réflexion

La directrice d’Artexte Sarah Watson ainsi que Michèle Thériault, directrice de la galerie, ont sélectionné les sept artistes qui prennent part à la onzième édition d’IGNITION.

La pratique de Maryse Goudreau s’étend de la photographie à la vidéo, à l’archive, à la performance et à l’art participatif. Son œuvre explore les aspects oubliés de l’histoire maritime du Québec, particulièrement la campagne gouvernementale des années 1920 qui visait l’éradication des bélugas. En tant que danseur autodidacte, Adam Kinner axe sa recherche sur le potentiel politique du corps en performance à travers la danse. Dans son œuvre Suite canadienne, Kinner réinterprète une brève section du ballet folklorique de Ludmilla Chiriaeff, créé en 1955, qui portait le même titre, et il le fait dans divers espaces institutionnels à travers la ville. Aluminum Lake, une installation sculpturale d’AN Soubiran, fait référence au pigment colorant utilisé dans les cosmétiques, la nourriture et les médicaments pris par voie orale et le met en relation avec la manière dont le VIH est défini, vécu et représenté.

Never Think of Alaska est une suite photographique de Lise Latreille. L’engagement à long terme de cette artiste pour sa ville natale de Shawville, au Québec, occupe le centre de son travail. Elle dépeint des paysages ruraux et familiers tout en perturbant le récit linéaire et la photographie documentaire. Le travail du textile chez Geneviève Moisan s’inspire des techniques artisanales traditionnelles, mais elle crée sur un métier Jacquard informatisé. Dark, Foursome, Selfie, Kiss, Gum, À la pointe et Relation concrétisent cette tension hypermoderne entre l’ancien et le nouveau.

L’installation de Shirin Fahimi, The Apparatus of Desubjectification, est issue d’une réflexion théorique qui porte sur la relation entre le sujet et les mécanismes de communication. Sa recherche prend forme dans des diagrammes tracés à la craie et une vidéo. Matthew Ng s’intéresse à l’opposition entre ordre et liberté. Dans son installation Projector paint, il juxtapose diverses formes matérielles, de la lumière à la céramique, afin de mener une réflexion sur l’interface qui existe entre une vision interne et les influences externes, ainsi que sur les canons de l’histoire de l’art.

La Galerie et les artistes remercient le Centre for Digital Arts, le Conseil des arts et des lettres du Québec, ainsi que Hexagram pour leur soutien.