Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
JUST WATCH ME
Romeo Gongora, Plan d'installation pour la salle A, Just Watch Me, 2014. Photos de la Mousse Spacthèque. Fonds d'archives Jean-Paul Mousseau, Musée d'art contemporain de Montréal
Maurice Demers, Appelez-moi Ahuntsic, 1973. Photo : Réal Filion
Helena Martin Franco, "Une femme éléphant est tentée de devenir Fritta Caro", dans le cadre de Just Watch Me, 5 septembre 2014.
Photo : Jean-Louis René
Just Watch Me, 2014. Photo : Paul Litherland
Just Watch Me, 2014. Photo : Paul Litherland

5 septembre au 11 octobre 2014

Un évènement initié par Romeo Gongora et organisé par Anithe de Carvalho, Francine Couture, CUTV, Kester Dyer, Les Éditions de la Tournure, Géraldine Eguiluz, Les Filles électriques, Romeo Gongora, Ève Lamoureux, La Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie, Pierre Lefebvre, Norman Nawrocki, Felicity Tayler, University of the Streets Café et bien d’autres

Les heures d’ouverture de la Galerie sont modifiées pendant toute la durée de l’évènement :

Mercredi – jeudi : 14 h – 21 h
Vendredi : 14 h – 22 h
Samedi : 12 h – 17 h
Dimanche – lundi – mardi : fermé

Calendrier des activités quotidiennes
Pistes de réflexion

L’expression à la fois célèbre et controversée de l’ancien premier ministre du Canada Pierre Elliott Trudeau répond à la crise politique du Québec dans la foulée de la Révolution tranquille. Les années 1970 constituent une importante période de transformations pour la société québécoise. Pour la génération à laquelle appartient Romeo Gongora, il est important de réviser les enjeux sociaux et politiques soulevés durant ces années afin de poursuivre une révolution tranquille continue.

Just Watch Me se veut un événement rassembleur à propos d’enjeux identitaires s’adressant à toute la communauté universitaire de Concordia ainsi qu’aux citoyens de Montréal. Ce projet suscitera, d’une part, une réflexion sur la question de la construction identitaire, et plus particulièrement d’une identité néoquébécoise telle qu’elle a été rendue possible par le travail des artisans mêmes de la Révolution tranquille. D’autre part, il s’agira de s’interroger sur le rôle de l’artiste en tant qu’acteur social ainsi que sur le rôle de l’État dans l’art, renouant ainsi avec la volonté d’intégrer l’art dans la société qui marque les années 1970.

Collaboratif, le projet transformera la galerie en un environnement immersif inspiré par des collectifs artistiques qui ont marqué la modernité au Québec : entre autres, la Mousse Spacthèque, le groupe Fusion des arts, la Fondation du Théâtre d’Environnement Intégral (FTEI) et les revues Parti pris et Liberté. L’ensemble de l’événement, composé de plusieurs activités performatives et d’œuvres qui impliqueront le public tout au long du mois, constituera, dans une atmosphère de club social, un lieu de rencontre axé vers le dialogue et la création collective.

Cette manière de se rassembler et de réfléchir à l’identité dans ses diverses formes s’inscrit dans une pratique artistique qui propose des alternatives sociales et politiques à travers un travail de médiation basé sur une conception de conscientisation (celle de Paulo Freire), d’action participative (selon Orlando Fals Borda) et de transdisciplinarité.

 

Venez prendre part aux festivités !

Tout le détail des activités quotidiennes durant l’évènement se trouve sur les liens suivant :
Le site du projet clubjwm.com
notre page Événements
et notre page facebook