Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
KENT MONKMAN
C’EST AVEC LA COURONNE QUE J’AI CONCLU UN TRAITÉ
Kent Monkman, Mary, 2011. Vidéo haute définition.
Avec l’aimable concours de Bailey Fine Arts, Toronto.

4 mars au 16 avril 2011

Organisé par Michèle Thériault et produit par 
la Galerie Leonard & Bina Ellen

Un projet de Kent Monkman

Avec la collaboration du Musée des beaux-arts de Montréal et du Musée McCord d’histoire canadienne

Visite de l’exposition avec l’artiste suivie du vernissage
Jeudi 3 mars à 16 h 30

Événements
Pistes de réflexion

Kent Monkman et Miss Chief Eagle Testickle sont de retour à Montréal afin d’occuper la Galerie Leonard et Bina Ellen. Leur projet transforme la Galerie en campement militaire dans lequel le nouveau « Canada » qui émerge de la bataille décisive des Plaines d’Abraham entre les armées française et britannique (les généraux Wolfe et Montcalm) est envahi par la présence de Miss Chief Eagle Testickle, l’alter ego de Monkman.

L’exposition rassemble de nouveaux tableaux et objets (tirés de la collection de Miss Chief) et une vidéo de l’artiste ainsi que des tableaux d’époque et des artéfacts autochtones et européens provenant des collections du Musée des beaux-arts de Montréal et du Musée McCord.

La chevelure, un symbole de pouvoir, et son enlèvement, un acte d’humiliation et de domination, est le fil conducteur dans cette exposition. Deux allégories bibliques, à savoir le lavement des pieds du Christ par Marie-Madeleine et la trahison de Samson par Dalila, sont associées à la bataille qui a opposé les Français à la couronne britannique et à la visite du prince de Galles à Montréal en 1860. En utilisant le référent de la chevelure, Miss Chief évoque les rapports de trahison et d’assujetissement qui ont marqué les relations entre les Premières Nations et les colonisateurs européens.

Lire la suite

Monkman revisite des événements historiques et des représentations culturelles de l’Amérique du Nord pour proposer des récits autres qui mettent à mal le discours de la civilisation et la philosophie des mythes de fondation. Il fait dérailler le discours colonial blanc en le renversant – c’est la très séduisante guerrière diva, Miss Chief, qui fait des ravages chez l’homme européen – au moyen d’une esthétique camp qui inscrit la sexualité et le désir au cœur de son projet critique.

Kent Monkman est représenté par : Bailey Fine Arts, Toronto ; Stephen Friedman Gallery, London ; Trépanier Baer Gallery, Calgary ; Pierre-François Ouellette art contemporain, Montréal ; Galerie Florent Tosin, Berlin.

Fermer

Kent Monkman remercie le Conseil des arts de l’Ontario de son appui.

Le programme contemporain de la Galerie Leonard et Bina-Ellen bénéficie du soutien du Conseil des Arts du Canada.