Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
MARTIN BECK
the particular way in which a thing exists
Vue de l'exposition Martin Beck: the particular way in which a thing exists, 2012-2013, Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia. Photo : Richard-Max Tremblay
Martin Beck, Incomplete Parts (version), 2012. Détail de l'installation. Photo : Richard-Max Tremblay
Martin Beck, abstracta, 2009. Épreuve à développement chromogène.
Avec l'aimable concours de l'artiste.
Martin Beck, Painted Side Up, 2010. Détail de l'installation. Photo : Richard-Max Tremblay
Martin Beck, Turn Take Merge, 2011. Détail de l'installation. Photo : Richard-Max Tremblay

16 novembre 2012 au 26 janvier 2013

Commissariée par Michèle Thériault

Vernissage de l’exposition
Jeudi 15 novembre de 17 h 30 à 19 h 30

Événements
Pistes de réflexion

Cette exposition donne à réfléchir sur un ensemble de projets réalisés sur une douzaine d’années par Martin Beck, un artiste dont les intérêts se situent à l’intersection de l’art, du design, de l’architecture et de l’histoire. Beck se penche sur les transitions et les changements de perspective qui sont apparus à la fin du modernisme et sur la façon dont leurs structures matérielles, formelles et sociales affectent la culture contemporaine. Les œuvres réunies proviennent de divers projets de recherche développés au fil des ans portant entre autres sur l’histoire de la vie en commune, dont la célèbre commune américaine de Drop City, sur l’émergence du discours écologiste et politique à l’International Design Conference d’Aspen au Colorado, en 1970, sur les manifestations étudiantes et l’historiographie en rapport avec l’édifice brutaliste Art and Architecture de Paul Rudolph, à l’Université Yale, et sur l’impact de la modularité sur les expositions, telle que conçue par le designer George Nelson dans son système Struc-Tube. À partir de ces références, Beck distille une coexistence paradoxale de promesses émancipatoires et de logique de contrôle qui traversent et sous-tendent chacune d’elles.

Une préoccupation connexe, chez Beck, concerne ce qui génère la mise en forme et les règles gouvernant cette mise en forme, que ce soient des formes d’organisation, d’exposition, de communication, d’énonciation, de savoir ou de recherche, et leur façon de se rencontrer, d’opérer et d’être perçues dans le contexte de l’exposition. Inversement, en utilisant l’exposition comme médium, Beck interroge la manière dont l’exposition et l’œuvre d’art offrent et se disputent un espace où mener cette recherche.

Lire la suite

the particular way in which a thing exists propose une façon de voir, de lire et de faire l’expérience d’un corpus d’œuvres de Martin Beck dans leur interaction avec un espace d’exposition adjacent à une bibliothèque, au sein d’un environnement universitaire. Son récent film, Turn Take Merge, présenté ici sous forme d’installation, fournit un cadre méthodologique aux liens de même qu’aux écarts qui unissent et séparent les œuvres disposées dans les cinq espaces de la galerie. Le film relate un voyage donné à voir selon divers points de cheminement et de vue. Turn Take Merge sert aussi de charnière temporelle ouvrant la voie aux transitions et ruptures culturelles abordées par Beck dans ses projets, et à la façon dont elles sont mises en relation dans la présentation des vidéos, photographies, estampes, sculptures et artéfacts dans la galerie.

Martin Beck vit entre New York et Vienne où il a un poste de professeur à l’Académie des Beaux-Arts. En plus de sa pratique artistique, Beck est critique d’art, de design et d’architecture. Il travaille aussi parfois en tant que designer d’exposition.

Martin Beck a réalisé les expositions et projets récents suivants : Presentation à 47 Canal (2012), Remodel (avec Ken Saylor) à Ludlow 38 à New York, Communitas à Camera Austria, Graz (2011) et Panel 2: »Nothing better than a touch of ecology and catastrophe to unite the social classes » à Gasworks, Londres (2008). Il a également participé à la 29e Biennale de São Paulo et à la 4e Biennale de Bucharest (2010). Beck est l’auteur de About the Relative Size of Things in the Universe (2007), An Exhibit viewed played populated (2005), et The Aspen Complex (2012). the particular way in which a thing exists, organisée par la Galerie Leonard et Bina Ellen à Montréal, est la toute première exposition à réfléchir sur un ensemble de projets réalisés au cours des dix dernières années.

Fermer

Le programme contemporain de la Galerie Leonard & Bina Ellen bénéficie du soutien du Conseil des Arts du Canada.