Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition
Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo
Sarah Greig, Test Camera Study, 2022. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo, ON NOW? CONTEMPLA-, 2022. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo, ism reimagined after intersec (detail), 2022. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo, ism reimagined after intersec (detail), 2022. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Sarah Greig. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Sarah Greig, Long View Study, 2022. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Sarah Greig. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Sarah Greig, Picture Transition, 2013. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Sarah Greig, Test Tall View Former Display Camera, 2016, 2022. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Sarah Greig, Study for Graphic Score, 2022. Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo, Art Now, Unfinished After, 2015, De la série Art Now (2005 to present), 2005 - . Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo, Art Now, Unfinished After, 2013, De la série Art Now (2005 to present), 2005 - . Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Thérèse Mastroiacovo, Art Now (It's darker than an hour ago. It's darker than ago, 2005), 2013, De la série Art Now (2005 to present), 2005 - . Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro
Vue de l’exposition Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Avec l’aimable concours de la Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2022. Photo: Jean-Michael Seminaro

7 septembre – 29 octobre 2022

Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition
Sarah Greig + Thérèse Mastroiacovo

Commissaire : Michèle Thériault

Vernissage le 7 septembre  17 h 30 – 19 h 30

Repenser et supposer avec Sarah Greig et Thérèse Mastroiacovo. Ce projet implique pour les artistes et la commissaire un processus de réflexion et une recherche sur les mécanismes du travail de collaboration, de mise en circulation de la pensée, de mise en relation et de matérialisation d’un projet commun.

Sarah Greig et Thérèse Mastroiacovo s’accompagnent l’une et l’autre dans leur pratique artistique. Elles travaillent toutes deux à une forme conceptuelle du dessin, une sorte de dessin-processus : le dessin comme acte, comme archive, au moment présent et dans la durée. En mettant l’accent sur les processus et les intentions inhérentes aux œuvres d’art, sur le faire plutôt que sur le résultat final, cette approche partagée se manifeste différemment dans la pratique. Une dynamique basée sur la circulation idéationnelle et sur la distanciation. Il s’agit, d’un côté, d’affronter et de débattre avec les dispositifs de l’art, et, de l’autre, de concevoir et de proposer des façons de s’y insérer. 

J’imagine l’expérience du visiteur et de la visiteuse comme une série d’affirmations ouvertes qui peuvent rendre possible le processus de repenser, pour moi-même, en tant que commissaire qui a travaillé dans l’espace de la galerie pendant de nombreuses années — celui-là même qu’occupe présentement Sarah et Thérèse —en portant une attention particulière au contexte, aux conditions de présentation, ainsi qu’au discours de l’exposition. À ce moment-ci de mon parcours, les strates formées par la succession des diverses expositions, des diverses œuvres, des diverses stratégies de présentation et d’accrochage s’avèrent multiples et denses. Les associations qui émanent de ces strates poreuses infléchissent les relations que j’entretiens avec le travail de Sarah et Thérèse et leur façon particulière de se lier à cet espace et à son histoire.

Le processus de l’œuvre et la forme de l’expérience proposée au visiteur ou à la visiteuse découlent d’une posture entièrement assumée par les artistes et la commissaire en relation avec la pratique actuelle de l’art, avec ce qui résulte d’une pratique et ce qui motive sa réalisation. Il ne s’agit pas tant de réclamer sans réserve, d’affirmer, de désigner et de révéler, que d’installer une forme discrète de dérive (queering) du système en place, qui apparaît à travers la réticence, sinon le refus des conditions et des exigences qui prévalent dans le monde de l’art. 

MT, SG, TM

Repenser et supposer avec Sarah Greig et Thérèse Mastroiacovo. Ce projet implique pour les artistes et la commissaire un processus de réflexion et une recherche sur les mécanismes du travail de collaboration, de mise en circulation de la pensée, de mise en relation et de matérialisation d’un projet commun.

Sarah Greig et Thérèse Mastroiacovo s’accompagnent l’une et l’autre dans leur pratique artistique. Elles travaillent toutes deux à une forme conceptuelle du dessin, une sorte de dessin-processus : le dessin comme acte, comme archive, au moment présent et dans la durée. En mettant l’accent sur les processus et les intentions inhérentes aux œuvres d’art, sur le faire plutôt que sur le résultat final, cette approche partagée se manifeste différemment dans la pratique. Une dynamique basée sur la circulation idéationnelle et sur la distanciation. Il s’agit, d’un côté, d’affronter et de débattre avec les dispositifs de l’art, et, de l’autre, de concevoir et de proposer des façons de s’y insérer. 

J’imagine l’expérience du visiteur et de la visiteuse comme une série d’affirmations ouvertes qui peuvent rendre possible le processus de repenser, pour moi-même, en tant que commissaire qui a travaillé dans l’espace de la galerie pendant de nombreuses années — celui-là même qu’occupe présentement Sarah et Thérèse —en portant une attention particulière au contexte, aux conditions de présentation, ainsi qu’au discours de l’exposition. À ce moment-ci de mon parcours, les strates formées par la succession des diverses expositions, des diverses œuvres, des diverses stratégies de présentation et d’accrochage s’avèrent multiples et denses. Les associations qui émanent de ces strates poreuses infléchissent les relations que j’entretiens avec le travail de Sarah et Thérèse et leur façon particulière de se lier à cet espace et à son histoire.

Le processus de l’œuvre et la forme de l’expérience proposée au visiteur ou à la visiteuse découlent d’une posture entièrement assumée par les artistes et la commissaire en relation avec la pratique actuelle de l’art, avec ce qui résulte d’une pratique et ce qui motive sa réalisation. Il ne s’agit pas tant de réclamer sans réserve, d’affirmer, de désigner et de révéler, que d’installer une forme discrète de dérive (queering) du système en place, qui apparaît à travers la réticence, sinon le refus des conditions et des exigences qui prévalent dans le monde de l’art. 

MT, SG, TM