Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 
ᐊᕙᑖᓂᑦ ᑕᒪᐃᓐᓂᑦ ᓄᓇᑐᐃᓐᓇᓂᑦ
Au cœur de la toundra
Barry Pottle, After the Cut, 2012. De la série « Foodland Security ». Avec l'aimable concours de l'artiste

ᓯᑎᐱᕆ 4-ᒥᑦ ᐅᑐᐱᕆ 27-ᒧᑦ, 2018

4 septembre au 27 octobre 2018

ᑕᑯᔭᒐᖃᕐᕕᖕᒥ ᑲᒪᔨᑦ: ᐃᑐ ᐃᒡᓗᓕᐅᖅᑎ, ᐋᐃᒥ ᐳᕈᑎ ᐊᒻᒪᓗ ᓴᕆᓴ ᐹᓐ ᕼᐃᐅᓕᒐ

Commissaires : Heather Igloliorte, Amy Prouty et Charissa von Harringa

ᐊᓯᓐᓇᔭᖅ, ᓛᑯᓗᒃ ᒍᓕᐊᒻᓴᓐ ᐹᑦᑐᐊᓕ, ᔭᐃᑦ ᓇᓱᒐᓗᐊᖅ ᑳᐱᓐᑐ, ᑲᕈᓚ ᑯᕋᕼᐊᓐ, ᒫᔾᔭ ᕼᐋᓕᓐᑐ ᐅᓇᓗ ᓵᒥ ᕕᓐᓚᓐᒥᐅᑕᖅ, ᓵᓐᔭ ᑲᓕᕼᐅ-ᑰᒻᔅ, ᔪᐊᖅ ᓇᓐᑰ, ᑕᕐᕋᓕᒃ ᐸᑐᓕᑦᔾ, ᐱᐅᓕ ᐸᑐ, ᐃᓅᑎᖅ ᓯᑐᐊᑦᔅ, ᑲᔨᓐ ᐸᓐ ᕼᐅᕕᓕᓐ, ᐊᓕᓴᓐ ᐊᑰᑦᓲᒃ ᒍᐊᑕᓐ

Asinnajaq, Laakkuluk Williamson Bathory, Jade Nasogaluak Carpenter, Carola Grahn, Marja Helander, Sonya Kelliher-Combs, Joar Nango, Taqralik Partridge, Barry Pottle, Inuuteq Storch, Couzyn van Heuvelen, Allison Akootchook Warden

ᒪᑐᐃᕐᓗᓂ
ᓴᓇᑦᑕᐃᓕ, ᓯᑎᐱᕆ 8-ᒥ

Vernissage
Samedi 8 septembre

ᐊᕙᑖᓂᑦ ᑕᒪᐃᓂᑦ ᓄᓇᑐᐃᓐᓇᓂᑦ, ᐊᑎᖓ ᐱᔭᐅᓯᒪᔪᖅ ᑕᐃᒎᓯᕐᒥᑦ “ᐊᖕᖏᕋᕋ ᐆᒻᒪᑎᓐᓃᑦᑐᖅ” ᑎᑎᕋᖅᓯᒪᔭᖓ ᓵᒥᒥᐅᑕᖅ ᓂᐅᔅ-ᐊᔅᓚᒃ ᕚᑭᐊᐹ, ᓴᕿᔮᖅᑎᑕᐅᔪᖅ ᓄᓇᖅᑲᖅᑳᖅᓯᒪᔪᑦ ᓴᓇᖕᖑᐊᖅᑎᖏᓐᓂᑦ ᓇᑭᑐᐃᓐᓇᖅ ᑲᔾᔨᐊᓂ ᓄᓇᕐᔪᐊᑉ ᐅᑭᐅᖅᑕᖅᑐᐊᓂ ᐅᑯᐊ ᓴᓇᔭᐅᔪᑦ ᐅᖃᐅᓯᑦ ᐊᒻᒪᓗ ᓂᕈᐊᖅᑕᐅᓯᒪᔪᓄᑦ ᐃᓄᖕᓄᑦ ᐅᖃᖅᓯᒪᔭᐅᔪᑦ ᒫᓐᓇ ᐅᑭᐅᖅᑕᖅᑐᖅ ᐃᓱᒫᓘᑎᒋᓪᓗᒍ ᑐᑭᓯᓇᖅᓯᑎᑕᐅᕙᓪᓕᐊᑎᓪᓗᒋᑦ ᓄᓇ, ᐅᖃᐅᓯᖅ, ᓄᓇᖃᖅᑐᑦ ᐊᒻᒪᓗ ᐅᒃᐱᕐᓂᖅᑖᑲᓐᓂᕐᓂᖅ. ᓴᓇᖑᐊᖅᑎᑦ ᓄᓇᖅᑲᖅᑳᖅᓯᒪᔪᑦ ᓄᓇᖏᓐᓂᑦ ᑕᒫᖓᑦ ᓄᓇᕐᔪᐊᑉ ᑲᔾᔨᐊᓂᑦ ᐅᑭᐅᖅᑕᖅᑐᖅ ᑐᓴᕐᑎᑦᑎᔪᑦ ᐃᒻᒪᑲᓪᓚᓂᑦ ᖃᓪᓗᓈᖑᖅᑎᑕᐅᓯᒪᒐᒥᒃ ᐊᒻᒪᓗ ᐊᑐᖅᓯᒪᔭᑎᒃ ᐳᐃᒍᓇᓐᖏᑦᑐᑦ ᐃᓅᓯᕆᓚᐅᖅᑕᒥᖕᓂᑦ, ᐊᒻᒪᓗ ᐊᑕᐅᓯᐅᓕᕐᓂᖅ ᓴᐳᒻᒥᓂᐊᕐᓗᒋᑦ ᐅᑭᐅᖅᑕᖅᑐᖅ ᐆᒪᔪᓕᒫᖏᑦ ᐊᕙᑎᓕᒫᖏᓪᓗ, ᐅᖃᐅᓯᖏᑦ, ᐃᓄᖏᑦ ᐊᒻᒪᓗ ᖃᐅᔨᒪᓂᖏᑦ ᑕᒫᖓᑦ ᐱᐅᓐᖏᑦᑐᐋᓗᖕᓂᑦ ᐊᒃᑐᖅᑕᐅᓂᖓᓄᑦ ᓯᓚ ᐅᖂᓯᓂᖓᓄ ᐊᓯᑦᔨᕐᓂᖓᓄᑦ, ᓄᓇᕐᔪᐊᖅ ᓄᓇᒥᑦ ᐲᔭᐃᔪᒪᔪᑦ, ᐱᕈᖅᑎᑦᑎᕙᓪᓕᐊᔪᑦ ᑲᓐᐸᓂᕐᔪᐊᓂᒃ, ᐊᒻᒪᓗ ᓄᓇᖃᑎᒌᓐᖏᑦᑐᕐᔪᐊᑦ ᓵᓚᒌᖃᑦᑕᐅᑎᒐᓱᐊᖅᑐᑦ. ᑲᑐᔾᔨᓗᑕ, ᐅᑯᐊ ᓴᓇᔭᐅᔪᑦ ᑕᑯᑎᑦᑎᕗᒍᑦ ᐃᓚᒌᒍᓯᖏᓐᓂᒃ ᐊᕙᑖᓂᑦ ᐊᒃᑐᒐᒃᓴᐅᔪᑦ ᐊᒻᒪᓗ ᑭᓱᓕᒫᑦᓯᐊᖏᑦ ᓄᓇᖅᑲᖅᑳᖅᓯᒪᔪᑦ ᖃᐅᔨᒪᓂᖏᑦ ᐊᑐᖅᑕᐅᓗᑎᒃ, ᓄᑖᓂᒃ ᐱᓕᕆᔾᔪᑎᖃᕐᓕᕐᓂᖅ ᐊᒻᒪᓗ ᓄᖑᑉᐸᓪᓕᐊᓂᖏᑦᑐᓂᒃ, ᑎᔅᓯᓇᖅᑐᑦ ᐊᒻᒪᓗ ᐊᑐᕐᓗᒍ ᐊᓐᓇᒍᓐᓇᕐᓂᖅ, ᐊᒻᒪᓗ ᑕᒪᑦᑕ ᑲᑐᑎᓗᑎᒍᑦ ᐱᔭᒃᓴᕆᔭᕗᑦ ᐅᑭᐅᖅᑕᖅᑐᑉ ᐃᓅᓯᖓ ᐊᒻᒪᓗ ᓄᓇᖓ.

Le titre Au cœur de la toundra est tiré du poème « Ma demeure est dans mon cœur » de l’écrivain finlandais de culture Sámi Nils-Aslak Valkeapää. L’exposition présente des artistes autochtones contemporain.e.s originaires des régions circumpolaires dont les œuvres expriment, sur un mode poétique et politique, des enjeux actuels de l’Arctique concernant la terre, la langue, la souveraineté et la résurgence. Les artistes autochtones issu.e.s du Nord circumpolaire partagent tou.te.s l’histoire du colonialisme et font l’expérience de son héritage persistant. Ils.elles sont uni.e.s dans le désir de protéger l’écologie, les langues, les peuples et le savoir ancestral du Nord contre les effets néfastes des changements climatiques, de l’extraction mondiale des ressources, de l’expansion industrielle et de la concurrence transnationale. Le rassemblement de ces œuvres vise à sensibiliser les spectateurs.trices aux relations entre le savoir écrit et le savoir incarné des autochtones, entre l’innovation et le développement durable, entre l’humour et la résilience, et à faire prendre conscience de notre responsabilité collective dans la préservation de la vie et du territoire de l’Arctique.

IIF Logo - With Text_50

VINCENT MEESSEN. BLUES CLAIR
Vincent Meessen, Ultramarine, 2018. Image tirée de la vidéo commandée par Le Printemps de septembre (Toulouse). Produit par Jubilee (Bruxelles) en collaboration avec la Galerie Leonard & Bina Ellen et The Power Plant (Toronto)

10 novembre 2018 au 2 février 2019

Commissaire : Michèle Thériault

La Galerie Ellen présente la première exposition solo au Canada consacrée à l’artiste belge Vincent Meessen. Meessen a conçu un projet s’articulant autour de son nouveau film Ultramarine. Le film a pour sujet Kain, membre fondateur exilé du groupe new-yorkais précurseur du rap et du hip-hop The Last Poets, formé à la fin des années 60 dans la mouvance du Black Power. Le projet de Meessen explore les archives de Patrick Straram en relation avec les notions d’errance, d’exil, et de puissance révolutionnaire du mot et de l’identité. Straram était un situationniste français exilé qui a d’abord émigré en Colombie-Britannique au milieu des années 50, puis à Montréal où il a vécu librement en tant qu’écrivain, poète, acteur, critique de musique et de cinéma.

Vincent Meessen a représenté la Belgique à la 56ème Biennale de Venise en 2015 avec le projet Personne et les autres.