Écrivez-nous
Nom


Courriel


Message
 

SIGHTINGS
Défamiliarisation

Inauguré en 2012 à l’occasion du 50e anniversaire de la collection permanente de la Galerie Leonard & Bina Ellen, le programme d’expositions satellites SIGHTINGS a été conçu comme une plateforme d’expérimentation et de réflexion critique afin de questionner les possibilités et les limites de l’espace du « cube blanc » moderniste. Ce programme est associé à un module de présentation cubique situé dans un espace public de l’université, que des artistes et des commissaires sont invité.e.s à investir en proposant de nouvelles stratégies de monstration artistique.

Les quatre derniers cycles du programme annuel SIGHTINGS ont abordé les thèmes du travail, de la pédagogie, des psychopathologies et des systèmes. La programmation 2019-2020 se penchera sur la défamiliarisation — comme état d’esprit, lieu de l’imaginaire et point de vue à partir desquels il est possible de percevoir le monde et soi-même de l’extérieur. Situés dans le périmètre de la plateforme satellite de la Galerie ou à proximité d’elle, les projets se dissocieront des présupposés qui font du « cube blanc » moderniste un espace conceptuel codé comme neutre, autonome et coupé du monde extérieur. Au contraire, les interventions dans le cube SIGHTINGS auront recours à des stratégies discursives et à des méthodologies de présentation afin de mettre en récit leur propre contingence, se pencher sur le sentiment de l’étrangeté et explorer les processus d’auto-effacement et d’introspection. Repensée comme dispositif de positionnement, la défamiliarisation devient ici une façon d’ouvrir l’espace au changement et à la renégociation.

Le programme SIGHTINGS est élaboré par Julia Eilers Smith.

SIGHTINGS est situé au rez-de-chaussée du Pavillon Hall au 1455 boul. De Maisonneuve Ouest et est accessible tous les jours, y compris les fins de semaine, de 7 h à 23 h.

 

SIGHTINGS 28
( x ) x + [ ( x ) x { x } x x ] { x } +
Photo : Paul Litherland

Kite alias Suzanne Kite est une Oglala Lakota, artiste de performance, artiste visuelle et compositrice ayant grandi dans le sud de la Californie. Elle a obtenu un baccalauréat en beaux-arts de CalArts spécialisé en composition musicale, une maîtrise en beaux-arts de la Milton Avery Graduate School du Bard College et est inscrite au doctorat à l’Université Concordia. Elle est actuellement récipiendaire de la bourse 2019 de la Fondation Pierre Elliott Trudeau et assistante de recherche au Initiative for Indigenous Futures (IIF). Ses recherches portent sur les épistémologies lakota contemporaines par l’entremise de la recherche-création, des médias numériques, et de la pratique de la performance. Kite a récemment développé une interface corporelle (body interface) pour les performances de mouvement, les sculptures de fibres de carbone et les installations vidéo et sonores immersives. Elle cogère également la plateforme d’art électronique expérimental Unheard Records.

14 septembre 2019 au 5 janvier 2020

Un projet de Kite

La composante audio de cette pièce est disponible ici.

La violence prend plusieurs formes, certaines en sont la forme elle-même.

Comprenant une installation et une performance, l’œuvre ( x ) x + [ ( x ) x { x } x x ] { x } + (prononcée « sources ») explore la relation entre le corps de l’artiste et l’enchevêtrement de mensonges, de fiction, d’histoire orale, de mythologie et d’ethnographie qui entoure la religion Lakota. Développé à partir d’une hyperstructure obsessionnelle et d’informations prises dans de mauvais ouvrages de référence, le projet se penche sur les tentatives réalisées afin de caractériser la religion Oglala en des termes clairs et structurants. Quatre personnages féminins qui ont construit la cosmologie Lakota actuelle — Wówaniče, Iyóšnišnišyakel, Anúng Oníya et Wamákȟamanišniyaŋ Oštémagla — s’incarnent à travers des sculptures de cuir et de fibre de carbone, des animations, des pièces sonores composées par Kite et Aerial, des vidéos maison, des technologies portatives, des partitions et des mouvements. Les contrastes qui distinguent le fait de raconter des histoires, raconter des mensonges et créer de la fiction sont assemblés dans un dispositif au statut précaire identifié comme Lakota.

Ce projet lance le programme d’expositions satellites SIGHTINGS pour l’année 2019-2020 sur le thème de la défamiliarisation.

Kite tient à remercier AbTeC, James Hurwitz, Hannah Athena Lawton, Bettina Perez et Devin Ronneberg. 

Lire la suite

Les composantes matérielles de cette installation sont :

Deux masques faciaux en fibre de carbone pour une protection double du visage.

Un terrain extrait du Service géologique des États-Unis et réanimé afin d’émerger d’une conception quasi lakotienne.

Des symboles assemblés pour représenter la relation entre les êtres décrite par l’anthropologue.

Six empreintes de bison en fibre de carbone pour protéger la colonne.

Le silence.

La peinture d’un bouclier qu’une tribu ne voulait pas voir reproduite ou jamais revoir, mais qui a été imprimée dans un catalogue du Metropolitan Museum of Art.

Une musique composée en 4 2 1.

Des mocassins qui ne tiennent même pas.

Des mélodies tirées d’un site Internet anonyme appartenant à un groupe de personnes blanches qui organisent des tentes de sudation et chantent en Lakota au Colorado. Les enregistrements de ces chants dans les tentes de sudation sont disponibles en ligne pour téléchargement.

Beaucoup de poils de plastique qui ressemblent vaguement à de la fourrure de bison.

Des motifs Lakota copiés d’un ouvrage intitulé « Sioux Beadwork Designs ».

Des instructions pour créer sa propre colonne vertébrale.

Des instructions pour contrôler les étoiles.

Des instructions pour être atrocement émerveillé.

Des instructions pour être paralysé et mourir.

Une vidéo maison de Tamya qui saute en hula hoop, modifiée pour correspondre à la structure numérologique 4 2 1.

Une vidéo maison d’une tempête s’abattant sur Kyle, DS.

Des vêtements de cuir gris, presque dans le style des plaines, mais qui en réalité ne ressemblent en rien à une peau des plaines, ni dans leur style ou dans leur fabrication.

Une charte graphique réalisée par un anthropologue qui explique comment la terre a été formée au niveau cosmologique.

L’échantillon d’une boucle de drum and bass de jungle jungle par Blu Mar Ten.

Des cornes de bison en fibre de carbone.

Le visage de l’artiste grossièrement fabriqué en caoutchouc, puis en argile.

L’artiste qui chante des chants Inipi tirés d’Internet.

Un sac de style Strike-a-light, qui n’allume aucun feu, et de façon plus offensante, qui ne possède aucune décoration.

Une peinture de la noirceur totale.

Un cintre provenant du garde-robe de la mère de l’artiste.

Un masque facial en fibre de carbone pour protéger le lobe frontal et un autre pour protéger l’os de la mâchoire.

Une vidéo 3D reproduisant un tremblement de terre sur un terrain à Kyle, DS, situé dans la réserve de Pine Ridge, là où mon grand-père a grandi, où mes cousins habitent et où je serai enterrée.

Une vidéo 3D reproduisant une pluie de météores sur un terrain de Kyle, DS, situé dans la réserve de Pine Ridge, là où mon grand-père a grandi, où mes cousins habitent et où je serai enterrée.

Fermer

Kite alias Suzanne Kite est une Oglala Lakota, artiste de performance, artiste visuelle et compositrice ayant grandi dans le sud de la Californie. Elle a obtenu un baccalauréat en beaux-arts de CalArts spécialisé en composition musicale, une maîtrise en beaux-arts de la Milton Avery Graduate School du Bard College et est inscrite au doctorat à l’Université Concordia. Elle est actuellement récipiendaire de la bourse 2019 de la Fondation Pierre Elliott Trudeau et assistante de recherche au Initiative for Indigenous Futures (IIF). Ses recherches portent sur les épistémologies lakota contemporaines par l’entremise de la recherche-création, des médias numériques, et de la pratique de la performance. Kite a récemment développé une interface corporelle (body interface) pour les performances de mouvement, les sculptures de fibres de carbone et les installations vidéo et sonores immersives. Elle cogère également la plateforme d’art électronique expérimental Unheard Records.

Événements

Visite guidée

Mardi 15 octobre, 17 h 30

Lieu : Cube SIGHTINGS
1455 boul. De Maisonneuve Ouest, Pavillon Hall
Rez-de-chaussée
Événement Facebook

 

Performance

Mercredi 4 décembre, 17 h 30

Lieu : Cube SIGHTINGS
1455 boul. De Maisonneuve Ouest, Pavillon Hall
Rez-de-chaussée